Accueil / Pionnières de la compétence

Catherine Gagnon-Côté, un parcours en or

Par Compétences Québec,
Catherine Gagnon-Côté
Portée par un double DEP, Catherine Gagnon-Côté a choisi de s’investir dans un des secteurs de métier les plus masculins du Canada, celui de machiniste.

À 17 ans, Catherine Gagnon-Côté a entrepris le programme de formation professionnelle (DEP) en Techniques d’usinage. Une formation de 1 800 heures qu’elle a fait suivre d’une attestation de spécialisation professionnelle (ASP) en Usinage sur machines-outils à commande numérique. Catherine a choisi le Centre de formation de l’Argile, à Joliette, une école un peu loin de chez elle, ce qui l’a amenée à vivre en appartement. Elle avait envie de gagner en autonomie. Dès les premiers jours de classe, elle a eu le coup de foudre pour les techniques d’usinage : « J’étais comme un poisson dans l’eau. C’était tellement différent du secondaire, en action à faire des choses concrètes dans l’atelier. Ç’a été le début d’une belle passion », se rappelle-t-elle. Une formation intensive qu’elle a complétée avec un deuxième DEP en soudage de 1 800 heures.

C’était tellement différent du secondaire, [ j’étais ] en action à faire des choses concrètes dans l’atelier. Ç’a été le début d’une belle passion

Catherine Gagnon-Côté, machiniste

Voler de ses propres ailes

Catherine Gagnon-Côté
Un effort important de sensibilisation doit être fourni, notamment par le biais des orienteurs qui pourraient aider à démystifier les techniques d’usinage et les nombreuses possibilités du métier.

Si la Catherine a pensé un temps étudier en mécanique auto ou en lutherie, elle n’a jamais regretté d’avoir bifurqué vers les techniques d’usinage : « J’ai toujours aimé concevoir quelque chose de mes mains, être en mesure d’observer le résultat final de mon travail. Dans ma famille, on a toujours mis la main à la pâte et on n’entretient pas de préjugés face aux secteurs traditionnellement masculins. J’aime la notion de risque que comporte le métier de machiniste, car il me pousse à constamment me dépasser pour atteindre l’excellence ».

(…) on a toujours mis la main à la pâte et on n’entretient pas de préjugés face aux secteurs traditionnellement masculins. J’aime la notion de risque que comporte le métier de machiniste, car il me pousse à constamment me dépasser pour atteindre l’excellence

Catherine Gagnon-Côté, machiniste

Un secteur à faire connaître

Catherine Gagnon-Côté
Médaillée d’or aux olympiades canadiennes, Catherine Gagnon-Côté se rappelle des olympiades comme une expérience formatrice et durable dans l’apprentissage de son métier.

Le travail du machiniste consiste à fabriquer des pièces de métal avec précision à l’aide de différents types de machines à commandes manuelles ou électroniques dans différents secteurs d’activités comme l’aérospatiale, l’aéronautique, l’industrie navale, l’armement ou l’industrie manufacturière. Au quotidien, la machiniste interprète des croquis techniques résout des problèmes mathématiques liés à l'usinage sur des machines-outils conventionnelles ou à commande numérique, elle effectue des travaux d’usinage de pièces. « Cela appelle de la débrouillardise, de la dextérité et de l’autonomie », résume Catherine. Selon son expérience, l’information scolaire, notamment par le biais des orienteurs, pourrait aider à démystifier les techniques d’usinage et à valoriser la formation qui permet d’y accéder: « Lorsque je faisais mes études dans une école secondaire privée, la formation professionnelle, c’était mal considéré. Le stéréotype que les centres de formation professionnelle, c’était pour ceux qui ne sont pas bons, on l’entendait souvent. Lorsqu’on réussissait bien à l’école, ce qui était mon cas, le cégep ou l’université semblait les seuls parcours à envisager. Mais moi, j’étais appelée vers autre chose ».

Reconnaissances

Catherine Gagnon-Côté
Les conditions ont changé et les mentalités progressent note la jeune femme. La pénurie de main d’œuvre actuelle devrait être vue comme une opportunité pour accueillir plus de femmes dans ces corps de métier à prédominance masculine.

Le cheminement de Catherine dans un métier traditionnellement masculin a été reconnu par une bourse de Chapeau, les filles! en 2012-2013, un concours qui encourage les filles à sortir des sentiers battus lorsque vient le temps de choisir un programme de formation. Elle a aussi participé aux Olympiades québécoises de la formation professionnelle et technique en mai 2014 et décroché la médaille de bronze. En 2015, aux 21es Olympiades canadiennes des métiers et des technologies de Saskatoon, en Saskatchewan, elle a remporté la médaille d’or dans sa discipline. Elle est la première femme à avoir monté sur la plus haute marche du podium au pays. « Une expérience marquante, un entraînement intense, beaucoup de pression et d’adrénaline » résume la jeune femme. Avec les Olympiades, Catherine dit avoir eu l’occasion de développer ses méthodes de travail et d’organisation : « J’ai appris l’importance des petits détails, l’avantage d’optimiser mon espace de travail. Ce sont de bonnes habitudes qui me servent tous les jours ».

De père en fille

Catherine Gagnon-Côté
Les conditions ont changé et les mentalités progressent note la jeune femme. La pénurie de main d’œuvre actuelle devrait être vue comme une opportunité pour accueillir plus de femmes dans ces corps de métier à prédominance masculine.

Depuis 2012, Catherine évolue comme machiniste dans l’entreprise de son père, Garco Équipements. Elle a travaillé un an pour une autre entreprise, mais elle est revenue ensuite dans le giron familial. La petite entreprise, qui se spécialise en vente et réparation de marteaux hydrauliques, emploie un machiniste, en plus de Catherine et son père. « Dans les PME, on a l’avantage de pouvoir toucher à tout », fait valoir Catherine. « Mon père avait questionné mon choix de carrière au départ, afin de tester ma motivation, mais aujourd’hui, nous faisons équipe et il est fier que j’aie marché dans ses pas ».

Féministe ? Mmmmoui !

Catherine croit en l’égalité des chances et en l’équité, mais elle n’est pas du type à militer, dit-elle d’emblée. Pour elle, le choix d’un métier, traditionnel ou pas, est affaire de cœur et d’instinct : « Le secret de la réussite est de s’investir dans son travail et de trouver une entreprise ou un domaine qui nous passionne vraiment. Quand tu aimes ce que tu fais, tu as tendance à être meilleur ». Elle aime partager ses connaissances à titre de coache ou de collègue. Elle a eu l’occasion d’encourager des jeunes autour d’elle à poursuivre leurs études malgré les obstacles.

Le secret de la réussite est de s’investir dans son travail et de trouver une entreprise ou un domaine qui nous passionne vraiment. Quand tu aimes ce que tu fais, tu as tendance à être meilleur

Catherine Gagnon-Côté, machiniste

De la résistance?

Le fait que les femmes soient généralement moins fortes que les hommes n’est plus un handicap pour celles qui souhaitent exercer un métier en usinage : « Ce n’est plus un problème d’être une fille dans ce secteur, explique-t-elle, avec la contribution des appareils de levage ». D’autant que les perspectives d’emploi sont excellentes : « Il y a une pénurie de main-d’œuvre. De nombreuses entreprises cherchent des machinistes qualifiés, notamment ceux qui possèdent les compétences pour les machines-outils à commande numérique ». Quand on lui demande si elle a fait face à de la discrimination depuis qu’elle a intégré le marché du travail, Catherine prend un temps de réflexion avant de répondre prudemment : « Bien sûr. Lorsque je dois me déplacer sur des chantiers et que certains clients se demandent où est la personne qui vient réparer ma machine-outil et comprennent que c’est une fille, il y a parfois des moments de confusion jusqu’à ce qu’ils reconnaissent mes compétences et m’acceptent. Heureusement, avec le temps, les choses s’améliorent ».

Prédominance masculine

Les données de Statistique Canada1 indiquent que le métier de machiniste demeure majoritairement masculin (93,8 %). Ruth Rose, économiste, liste d’ailleurs l’emploi de machiniste dans les 10 principales professions occupées par les hommes2 sur 140 catégories professionnelles. Elle écrit dans son rapport : « Quant à la ségrégation professionnelle, on doit constater que la grande majorité des femmes se retrouvent dans les emplois traditionnellement féminins et ont beaucoup de difficulté à pénétrer certains emplois à prédominance masculine comme les métiers de col bleu et les postes de cadres supérieurs ainsi que le génie et l’informatique. Les choix que font les jeunes en formation professionnelle de niveau secondaire et en formation collégiale technique laissent présager que cette situation perdurera encore longtemps ».

1 Source : Statistique Canada, Enquête nationale auprès des apprentis de 2015.
2 Source : Les femmes et le marché du travail au Québec : portrait statistique

De beaux projets d’avenir

À 25 ans, Catherine Gagnon-Côté continue de suivre ses passions. Elle aime le plein air, le quatre-roues et la chasse à l’arc au gibier sauvage. Elle économise pour acheter une maison avec sa conjointe. Si tout va bien, elle devrait reprendre les rênes de l’entreprise familiale d’ici quelques années : « Ce sera l’occasion d’organiser les choses selon ma vision et d’optimiser l’entreprise », se réjouit-elle.

Catherine Gagnon-Côté
« J’étais comme un poisson dans l’eau. C’était tellement différent du secondaire, en action à faire des choses concrètes dans l’atelier. Ç’a été le début d’une belle passion », Catherine Gagnon-Côté

Consulter plus de pionnières Partager sur les réseaux sociaux : Partager Twitter Courriel